AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.

Aller en bas 
AuteurMessage
E. Cassyopée Blackford

avatar

◮ messages : 89
◮ date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 6:51





« ephyr cassyopée blackford »




« Informations »

Bonjour, je m'appelle ephyr cassyopée ! Je suis née le 11 janvier 1995, au nouveau mexique. Plus précisément à santa fe. Aujourd'hui j'ai donc seize ans ans. Je suis grande, n'est-ce pas ? En ce moment, j'habite à Sidney, en Australie. J'adore cet endroit parce que je peux commencer à m'y reconstruire une vie normale. Je suis étudiante en musique ! Ah, au fait, je suis célibataire. Et pour finir, je suis dans le groupe “ Musique ” !


« My story ! »


[ ... ]

deuxième partie.

le premier jour du reste de ma vie — J'ouvrais les yeux péniblement. j'avais mal partout, et je sentais à peine mes jambes. Alors que mes paupières étaient à demi ouverte, la lumière blanche de la pièce dans laquelle je me trouvais me brûla les yeux. Tout était flou, je ne distinguais même pas les meubles qui m'entourait, mais très vite, je compris que j'étais dans un hôpital. Qu'est ce qu'il c'était passé ? Pourquoi j'étais là ? Et ma soeur ? Elle était où ? Et ma mère ? J'essayais vainement de me lever quand la voix acidulée d'une infirmière retentit prêt de moi. Bonjour mademoiselle. Ca va ? Tu sais quel jour on est ? je hochais la tête négativement, je ne savais pas quel jour on était, je ne savais même pas pourquoi j'étais là. La seule chose dont j'étais certaine, c'est que j'avais mal absolument partout. tu as été admise ici, il y a deux jours, suite à un accident de voiture. On t'a enlevé des morceaux de verres qui c'était logé dans ton dos, tu en gardera quelques cicatrices, mais ne t'inquiète pas, elle ne se voient presque pas. Je peux connaître ton nom et ton âge ma puce ? deux jours ? j'avais dormis deux jours ? J'ai... douze ans, je m'appelle Ephyr Cassyopée Blackford, mais... ma mère, et ma soeur... elles étaient avec moi je crois.. la jeune femme nota mon nom et mon âge sur une feuille et posa un regard désolé sur moi. Quoi ? Pourquoi elle me regarde comme ça ?Je suis désolé... Elles ont été admise en même temps que toi, pour ta mère, c'était trop tard, quant à ta soeur, elle est encore dans le coma. ma mère était morte ? Elle était morte ? Non ! C'est un mensonge ? Je vais me réveiller, c'est qu'un cauchemars ! C'est pas possible. Je regardais la jeune femme, et m'effondrais en larmes. Ma maman... qu'est ce que je vais devenir sans ma maman ? L'infirmière s'installa à côté de moi, instinctivement je me blottissais dans ses bras. Elle resta quelques instants avec moi, me caressant les cheveux. Alors que je reprenais difficilement mes esprits, j'essuyais mes joues, secoué par des spasmes. Je... je peux... aller voir ma soeur... la jolie blonde accepta ma demande, et m'aida à me mettre dans un fauteuil roulant et m'emmena jusqu'à la chambre ou était ma soeur. Son corps inerte, me donna froid dans le dos. L'infirmière me laissa, seule. Je pris la main de ma grande soeur la regardant, les yeux humide. Salut Zeppelin... Je sais pas trop quoi te dire, mais à ce qu'il paraît, c'est bien de parler aux personnes dans le coma. Tu sais, je voudrais que tu te réveilles maintenant, parce que je peux rien faire sans toi. Tu entends ? Il faut que tu te réveilles, j'y arriverais pas toute seule, maman.. maman est morte, je sais pas ce qu'on va devenir, alors il faut que tu te réveilles, j'ai que douze ans tu sais, moi, je peux rien faire, et si tu te réveilles pas, on sera séparé, et ça c'est pas possible. Alors Zep.. réveilles toi, je t'en supplie.. chuchotais - je, ravagé pas les larmes. J'avais posé ma tête sur son lit, et avais gardé sa main dans la mienne. Je fermai les yeux, continuant a espérer au plus fort de moi même qu'elle se réveilles. Il le fallait, c'était elle la grande, c'était elle qui devait me rassurer, et me dire quoi faire maintenant, elle n'avait pas le droit de mourir. On finit par me demander de sortir de la chambre et on me raccompagna jusqu'à la mienne. Je montais difficilement sur mon lit, j'étais toujours raccordé à tut un tas de machine, et j'avais peur. Une jeune femme, habillé en tailleurs et les cheveux tiré, vint me voir avec quelques dossiers. bonjour lançais - je, timidement. La jeune femme me lança un regard froid. Qu'est ce qu'elle venait faire ici ? J'essayais de rester souriante, assise en tailleurs sur mon lit, j'avais mal partout, mais cette femme m'intriguais. Elle commença a me poser plein de questions. Puis, elle finit par me dire ce qu'elle était. Une assistante social. Elle allait me placer en famille. Mais je ne voulais pas partir en famille d'accueil moi, je voulais rester à l'hôpital, avec Zeppelin. Je voulais que ma maman revienne. La jeune femme reparti, me laissant une nouvelle fois, seule. Je respirais doucement, m'efforçant de rester calme. Mais c'était difficile. Je m'allongeais dans le lit, et fermais les yeux. Les larmes coulèrent, je n'avais plus la force de les retenir, je n'avais plus la force de rien. J'étais orpheline, et Zeppelin allait mourir, j'en était certaine.

quelque jours plus tard. Je me tenais debout, fébrile, devant les quelques personnes présentes. Des amis de Zeppelin principalement. Mes yeux étaient rougies par les larmes. Tous, étions habillé de noir, et je n'échappais pas à la règle. J'avais une robe noir, me tombant au dessus des genoux, et une veste de la même couleur. Il pleuvait, le ciel était gris. Je lisais mon discours, tremblante. Au premier rang, ma famille d'accueil. Les autres personnes, je ne les connaissaient que de vue. J'essayais de rester forte, de tenir le coup. Mais jamais je ne m'étais préparer à enterrer ma grande soeur. Le cercueil était là, à côté. Quand j'eus finit de parler, je déposais une rose blanche sur le cercueil noir, une immense boule au ventre, et retournais à ma place. Je n'avais pas pu aller à l'enterrement de ma mère, étant encore à l'hôpital, mais j'avais tenu à être présente à celui de Zeppelin, qui était morte quelque jour après mon admission en famille. J'étais morte de chagrin, mais plus difficile encore, à chaque fois que je fermais les yeux, je revoyais l'accident. Quelques jours après mon réveille, je me suis mise à faire des cauchemars, et je me suis rappelé de tout. Maintenant, à chaque fois que je ne suis pas occupé, et que je suis dans mes pensées, ou seule, je revois toute cette scène, la voiture qui heurte le camion, ma mère qui passe par le par - brise, et ma soeur les jambes écrasé. J'en pouvais plus, j'étais éreinté, totalement brisé. Je lisait, encore et encore, les quelques mots espagnols gravés sur la tombe de ma soeur. Quand la cérémonie fut achevé, on me laissa seule devant la tombe. Je déposais un bouquet entière de roses noirs, nos préférés, à Zeppelin et moi. Je restais longtemps, debout, sans bouger. C'est Genesis, une fille en famille, qui est venue me chercher, alors que la pluie m'avait trempé jusqu'aux os. Viens Cassy, tu va attrapé du mal... me dit - elle gentiment. Elle mis sont bras derrière mon dos, et marcha avec moi jusqu'à mon nouveau chez moi. sur la routa, on parla énormément. Et je compris très vite que mon calvaire ne faisait que commencer. Cassy, il faut que tu te ressaisisse, si non, ils auront ta peau. Ils ne faut pas que tu sois faible, tu sais quand je t'ai vue, quand tu es arrivé il y a une semaine, je me suis putain, pourquoi une petit comme elle. T'as l'air tellement fragile, inoffensive. Ici, on va te faire du mal. Vraiment. Je vais essayé de te protéger, parce que tu as l'air gentille, et que je peux pas les laisser faire, mes ils seront atroces avec toi. Mais on est ensemble, je suis là, quoi qu'il se passe, je suis là. D'accord ? elle avait l'air sérieuse, et n'exagérait pas ses mots. Elle me faisait peur. J'avais peur. J'étais même terrifié. Pour l'instant, on m'avait laissé tranquille, Genesis m'expliqua que c'était parce que pendant une semaine j'avais des rendez - vous avec l'assistante sociale, mais dès qu'elle ne s'occupera plus de savoir si je vais bien, ils me feront souffrir. Je ne savais pas de quoi elle parlait, mais ça me terrorisait. Genesis était plus âgée que moi, elle avait dix huit ans. Elle aussi avait perdu ses parents, enfin, elle avait été abandonné. Elle semblait forte, comme si une carapace la recouvrait, moi à côté, je n'étais qu'une fillette, fragile, de douze ans. Elle me dit promettre que je lui dirais tout ce qui ne va pas, que je lui raconterais tout ce qu'ils me font. J'ai promis. Mais je ne savais pas à quoi je devais m'attendre.
Elle avait raison Genesis. Ils avaient attendu que l'assistante ai donné son accord pour que je reste dans cette famille. Ca faisait déjà plus de quatre mois que j'étais en " essai " . Mais là, l'assistante était parti, et j'étais seule. On venait de finir de manger, pendant tout le repas je me fis insulter par mon nouveau “ père ” et je ne pouvais pas ouvrir la bouche sans m'en prendre plein la figure. je ramenais les assiettes dans la cuisine, quand je fis tomber quelques choses. Il se leva, furieux et vint vers moi. NAN ! cria Genesis, se levant aussi, s'interposant entre lui et moi. Mais d'un coup violant, il l'envoya à terre. Il leva la main sur moi, me gifflant violemment, mais Genesis se releva pour essayer de le stopper. Je pris la fuite, courant à toute vitesse dans les escaliers, je montais dans ma chambre, et me réfugiais dans un coin, me mettant en boule. Je fermais les yeux, il m'avait tapé, j'avais mal, je saignais. J'avais eu peur. Très peur. J'entendis quelqu'un monter les escaliers, alors je me recroquevillais encore plus sur moi - même. Mais quand j'entendis la voix douce de Genesis me dire que c'était elle, je la regardais, le visage inondé de larmes. Elle me pris dans ses bras, me disant que ça allé, que c'était finit. J'avais l'impression d'être une enfant, mais j'avais eu tellement peur. Elle aussi avait le visage ouvert, et elle saignait. Elle me dit doucement que se n'était pas grave, elle avait l'habitude. Alors, elle me montra ses bras, ils étaient griffé, brûlé, et blindé de cicatrices. Des cicatrices, elles en avait partout. Des bleus aussi. Elle me raconta, comment c'était atroce, surtout quand il buvait. Elle me raconta comment elle se faisait taper, quand elle disait quelque chose. Mais elle passa sous silence des moments, j'en était certaine. Mais je me demandait qu'est ce qui pouvait bien être assez horrible pour ne pas qu'elle m'en parle. Elle finit par me dire de me lever, et m'emmena dans la salle de bain, pour qu'on lave nos visage, et qu'on se prépare pour aller dormir. Elle resta quelques minutes avec moi, avant que je m'endorme, puis elle retourna dans sa chambre. Je compris, ce qu'elle avait voulu me cacher. Alors que je me réveillais en sursaut après avoir entendu du bruit dans les escalier, je vis la lumière du couloir s'ouvrir, voyant en dessous de la porte. Il entra dans la chambre de Genesis. Non, pas ce soir.. je suis crevé, s'te plait... l'entendis - je supplier, à travers le mur. La ferme. tu fais ce que je veux, quand je veux. la suite me terrifia. J'entendis Genesis crier, se débattre, j'entendis des coups, des pleures, des cris, et pire encore, des cris de plaisir. Les larmes montèrent très vite, et je me mis à pleurer silencieusement, me retenant de crier d'effroie. Genesis était en train de se faire violer, dans la pièce d'à côté. J'écoutais, sursautant à chaque cris. J'avais peur. Puis, ça se calma. J'entendis Lyne, la “ mère ” de notre famille d'accueil. Elle montait les escaliers. Ils étaient tous les deux devant le seuil de ma porte. Non, pas la petite, arrête, elle n'a que douze ans ! l'entendis - je s'offusquer derrière la porte. Et tu crois qu'c'est pourquoi qu'elle est là hein ? répliqua t - il, cru. La touche pas, par pitié ! Laisse - là ! Arrête, Genesis souffre bien assez, laisse au moins la petite ! je fermais les yeux, de toute mes forces, je savais ce qui allait m'arriver, je savais que ça se terminerait mal, je le savais. J'avais peur. Stop ! Si tu ouvres la porte, j'appelle les flics. je reconnu la voix de Genesis. Tu ne la touche pas. T'as détruit ma vie, tu m'as volé mon enfance, mais je t'interdis de toucher à cette gamine. Elle t'as rien fais. Tu la touche pas ! je les entendis s'engueuler, violemment, j'entendis une nouvelle fois des coups, puis Lyne s'interposa une nouvelle fois, les larmes ne cessaient de couler sur mes joues, et j'écoutais la scène, terrifié. Puis, plus rien. Qu'est ce que t'as fais ? hurla finalement Lyne. Les minutes passèrent, puis j'entendis le samu, et la police. Puis quelqu'un ouvrit ma porte. Il y a une gamine ici. dit une voix que je ne connaissais pas. On ouvrit la lumière, et je fermais les yeux. Ca me faisait mal. J'avais trop pleuré. Un homme vint prêt de moi. Je pris peur, et me recroquevillais une nouvelle fois sur moi même, dans mon lit. Il s'assit sur le lit. Hey... t'inquiète pas ma puce, je suis un policer. ça va aller. Je ne te veux aucun mal. Ca va ? Tu n'as rien ? je hochais la tête négativement. Et ta joue ? Il t'as frappé ? Viens, tu n'as plus a avoir peur de lui, il n'est plus là maintenant. On l'a arrêté. Ca va aller. Viens avec moi choupinette. dit il, me prenant dans ses bras. Éreinté, je me laissais faire. Il m'emmena jusqu'en bas, mais je finis par perdre connaissance. Je n'avais rien mangé, et j'avais eu tellement peut, je n'avait pas tenu le choque. Je me réveillais quelques minutes plus tard, dans un brancard de pompier. Le gentil Policier était toujours là. Hey... tu m'as fait peur toi. Ca va mieux ? je hochais une nouvelle fois la tête, positivement cette fois - ci. Mais, non, je n'allais pas mieux. Les cris de Genesis raisonnaient encore dans ma tête, et elle était où d'ailleurs Genesis ? Et.. Et Genesis ? Elle et où ? demandais - je, faiblement. Elle va bien, elle est à l'hôpital. Tu vas y aller aussi. Il l'avait frappé trop fort, et lui et sa femme pensait qu'elle était morte, mais elle va bien. Quant à toi, on m'a dit que tu sera placé dans une nouvelle famille dès demain, en attendant, tu va passer la nuit à l'hôpital. Mais pour l'instant, il faut que tu me raconte tout ce qui s'est passé. alors je lui racontais. Tant bien que mal, je mis toute mes forces pour relater tout ce que j'avais entendu, et toute la peur que j'avais eu. Puis une nouvelle fois, je du aller à l'hôpital, et une nouvelle fois, on m'admis dans une nouvelle famille, loin de Genesis.
Décidément. Cassyopée n'eus pas plus de chance avec sa seconde famille. C'était des personnes de " la vieilles école " et dès que quelque chose n'allait pas, je me faisait battre. C'était pas joyeux. Mais je me rappelait de ce que Genesis m'avait dit. “ Ressaisie toi ” elle avait raison, il fallait que je reprenne tout en main. Il fallait que j'aille mieux. La mort de ma mère et de ma soeur me torturait encore, et les cauchemars n'avaient toujours pas cessé, mais il fallait que j'aille mieux. Alors, je me suis mis à sourire, effaçant définitivement ses cernes de fatigue et de tristesse qui c'était installé sur mon visage. Je ne devais plus pleurer non plus. Même si tout allait de travers, il fallait que les autres pensent que tout allait bien. Et très vite, je me rendit compte que la vie en était d'autant moins pénible. Je n'avais que treize ans, et je sais que peut d'enfant de mon âge serait capable de faire ça, mais moi j'en avait marre, d'être mal. Au collège, on ne me pris plus pour le vilain petit canard, et je me faisais beaucoup d'amis. Même si ma vie en famille ne fut pas des plus calme, et que par moment, je craquait quand je me retrouvait seule, j'avais l'impression que le poids qui pesait sur mes épaules c'était allégé. En trois ans, je changeais huit fois de famille. Elles étaient mieux, c'était pas le grand luxe, mais c'était mieux que les familles violantes de mes débuts. Comme seule souvenir de cette période plutôt noir, une cicatrice au niveau de mes reins, dû a un coup de cravache parce que j'avais dit quelque chose de déplacé quand je m'occupait des écuries. Mais tout ça, c'était mon passé. Tout ça, c'était bel et bien finit. Le jours de mes quinze ans, je rentrais dans une nouvelle famille. Cette famille là était gentille. Pas d'homme violant. Pas de violeur. Et on me donnais à manger. Pas de punitions violantes. Mais, on était douze enfants. Dès le premiers soir, je compris que je n'avais pas ma place ici. Alors, je commençais à dormir dehors. Pendant un an, je squattais dans mon Lycée. La famille recevait son argent, et moi, on me laissait vivre comme je le voulais, alors ça m'allait. Quelque fois je revenais, quand j'avais plus rien à manger. Mais le plus souvent je dormais dans le coffre d'une voiture dans le garage du Lycée. Je me suis habitué très vite à cette vie, et ça ne me dérangeais pas. Un an. Cette année passa très vite, contrairement aux dernières, j'avais réussi à presque trouver mon compte ici. J'étais assise, dans le coffre. Je faisais mes devoirs, quand quelqu'un ouvris le coffre. Cassyopée ? c'était ma professeur de français. A coup sûr, j'allais me faire viré. J'étais au Lycée, en plein nuit. Je la regardais, un peu confuse. Mais qu'est ce que tu fais là ? bon. fallait que je lui explique maintenant. Elle s'assit prêt de moi, attendant mes explications, que je ne tardait pas à donner. Alors, au lieu de me virer des locaux, elle me dit qu'elle avait une solution pour moi. C'était une université, en Australie. Les chambres y étaient gratuite, et comme je venais d'avoir seize ans, je pourrais trouver du travaille à Sydney pour l'argent. Là bas, je pourrais étudier la musique. Je lui en avait parlé une fois, de ma passion pour la musique. C'était un après - midi, où il pleuvait des cordes. J'étais dans un couloir et je chantais, elle c'était arrêté pour m'écouter et on en avait parlé, je lui avait vaguement expliqué qu'après la morts de ma soeur, et de ma mère, ça m'avait aidé à reprendre le dessus. Elle me dit de parler de cette université à la famille qui m'accueillait. Et surtout, qu'il fallait que j'y réfléchisse, avant de dire non. C'était pour elle, une solution qui pourrait m'aider. Et elle avait raison. Pour aller mieux, il fallait que je parte d'ici, je ne devais plus passer devant la tombe de ma soeur et de ma mère, il fallait que je prenne un nouveau départ, loin. En quelques semaines à peine, tout avait été prévue. Ma famille avait accepté, et ils me payèrent mon billet d'avion pour Sydney. Une nouvelle vie commençait pour moi.


« This is me »

Le Caractère de Cassyopée ? Aujourd'hui, il a bien changé. Elle n'est plus la petite fille triste et anéantie qu'elle était quand elle avait douze ans. Maintenant, c'est une dynamite a elle toute seule. Elle parle, elle bouge, elle danse toute la journée, et tout ça avec un immense sourire s'il vous plaît. C'est sa façon à elle de se reconstruire, se répéter sans cesse que c'est finit, qu'il faut tourner la page, et qu'il faut prendre le dessus sur tout ça. Malgré son jeune âge, elle a bien compris qu'il n'y a que comme ça qu'elle s'en sortirais. Il ne faut pas oublier que c'est tout de même un travail douloureux, que d'essayer de se reconstruire après ce qu'elle a vécue. Alors aujourd'hui, quand vous la croisez dans la rue, elle apparaît comme une jeune femme pleine de vie, souriante, et ayant beaucoup d'amour à donner aux autres. Même si tout va mal, elle ne veut pas le montrer, c'est une marque de faiblesse pour elle, et surtout, elle sait que tous les autres ont aussi des problèmes, alors qui aurait envie d'entendre les siens ? C'est vrai, elle préfère penser aux autres qu'à elle même. Elle est aussi une grande gourmande, son pêché mignon étant le chocolat, elle ne sait pas résister quand on lui en propose. Elle est drôle, patiente, et bordélique. Enfin, elle a tout d'une adolescente comme les autres quand on regarde en occultant son passé, et c'est ce qu'elle veut, être considéré comme toute les autres. Ce qu'elle déteste par contre, c'est qu'on lui rappelle son âge, elle trouve qu'elle a bien assez fait ses preuves pour qu'on ne lui interdise pas quelque chose sous prétexte qu'elle est trop jeune, parce qu'il faut le dire même si elle s'efforce d'être comme tous les autres, elle est passé par beaucoup de choses qui l'ont fait grandir plus vite. Et sa cicatrice dans le bas de son dos est là pour la lui rappeler. Ce n'est pas une grande peureuse, mais quelque fois, quand quelqu'un fait un geste trop brusque à côté d'elle, elle sursaute. Aussi, quelque fois, elle se réveille tremblante, en pleine nuit après un cauchemar. Evidemment, ce sont ses choses là qu'elle essaie de cacher. Si non, sous ses aires d'enfants sage, ce cache une grande fêtarde, elle aime s'amuser, et ne s'en cache pas.


« In real life »

Pseudo : Little M.
Age : Quinze ans
Avatar : S. Gomez ( finalement :aa: )
Code règlement : Ok par Eden
Avis sur le forum : Il est waouh :happier:
Un dernier mot ? : les cornichons vaincrons :gun:




Dernière édition par E. Cassyopée Blackford le Mar 25 Oct - 0:48, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 6:56

Ma chérie ♥
Welcome
Revenir en haut Aller en bas
E. Cassyopée Blackford

avatar

◮ messages : 89
◮ date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 7:10

Ma chérie :ouui:
Merci :happier:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Sullivan

avatar

◮ messages : 311
◮ date d'inscription : 07/06/2011
◮ date de naissance : 05/11/1994

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 22:37

Bienvenuuuuuuuuue :ballon:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Cassyopée Blackford

avatar

◮ messages : 89
◮ date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 22:47

MERCI mdr
Il nous faudra un lien, hein han :surexcited:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden E. Ryder
EDEN You and me could write a bad romance
avatar

◮ localisation : Sydney
◮ messages : 254
◮ date d'inscription : 03/08/2011
◮ date de naissance : 25/08/1994

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 23:07

Bienvenuuuuuuuuuue :D (de Scarlett aussi ) :)
Si tu as des questions n'hésite pas :P
J'ai validée ton code♥️

_________________
image
❝ Vous avez détruit,
Maintenant réparez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Cassyopée Blackford

avatar

◮ messages : 89
◮ date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Sam 22 Oct - 23:32

Thanks Eden :surexcited:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily A. Johnson

avatar

◮ humeur : je t'aime maman
◮ localisation : Dans les bras de maman
◮ messages : 182
◮ date d'inscription : 13/02/2011
◮ date de naissance : 05/06/1993

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Dim 23 Oct - 3:46

Bienvenue

Wouaaaah j'adore ton style d'écriture c'est trop chou et puis ça fait ressentir des trucs et puis éventuellement je peux la boucler XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim L. Williams

avatar

◮ messages : 64
◮ date d'inscription : 25/07/2011
◮ date de naissance : 09/09/1990

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Dim 23 Oct - 12:46

Bienvenue ma belle :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Cassyopée Blackford

avatar

◮ messages : 89
◮ date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Mar 25 Oct - 0:49

Merci tout le monde han
Et je crois bien que j'ai finis awn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara M. Johnson
fondatrice tyrannique
avatar

◮ messages : 1366
◮ date d'inscription : 24/12/2010

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Mar 25 Oct - 0:57

Trop génial awn
Je te valide mon coeur han

_________________

❝ Moi ? Je suis malhonnête. Et on sait qu'un homme malhonnête le restera quoi qu'il arrive. Honnêtement, ce sont des hommes honnêtes dont il faut se méfier. Parce qu'on peut jamais prévoir... à quel moment ils feront un truc incroyablement... stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-road.1fr1.net
E. Cassyopée Blackford

avatar

◮ messages : 89
◮ date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Mar 25 Oct - 1:00

Merci mon amour han
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikayla S. James

avatar

◮ localisation : Sydney - Australia
◮ messages : 842
◮ date d'inscription : 06/02/2011
◮ date de naissance : 18/11/1993

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   Jeu 27 Oct - 22:03

Bienvenuuee

_________________
image
Mikayla James
❝Does it look like I do dishes ? ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.   

Revenir en haut Aller en bas
 
CASSYOPÉE ϟ Le sommeil est ma drogue et mon lit mon dealer.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» Drogue Corruption: Preval/Alexis a Marqué Des Points.
» Haïti-Drogue Les Etats-Unis renvoient en Haïti l’ex-président du Sénat sous Aris
» La drogue en Haiti, un phénomène nouveau !
» Obama met Haiti dans la "Blacklist" des plus grands cartels de la drogue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW ROAD :: PARCE QUE TOUT A UN COMMENCEMENT... :: Présentations :: Présentations terminées-
Sauter vers: