AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.

Aller en bas 
AuteurMessage
N. Artemis Silver

avatar

◮ messages : 35
◮ date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 0:49





« artemis nathan silver »




« Informations »

Bonjour, je m'appelle artemis ! Je suis né(e) le 11 september 1994, en irlande. Plus précisément à clifden. Aujourd'hui j'ai donc 17 ans. Je suis grand, n'est-ce pas ? En ce moment, j'habite à Sydney, en Australie. J'adore cet endroit parce que j'y oublie un peu mon passé. Je suis étudiant en ecriture ! Ah, au fait, je suis célibataire. Et pour finir, je suis du groupe écriture !


« My story ! »

Clifden septembre mille neuf cent quatre - vingt quatorze. C'est ici que commença ma vie. C'était un grand manoir au sud de Clifden. Tout autour, des champs, des prairies, de l'herbe, des moutons. C'est ça, le Conemara. Vide, froid, mais beau. Mes parents étaient des personnes qu'on peu qualifiés de " bourges " , tous deux venaient d'une famille d'ancien noble, et ils avaient gardés leurs bonnes manières, leurs principes et leurs règles de vies. Je venais de naître, ma mère avait entièrement aménagé une pièce voisine à leur chambre pour moi. Un bébé. Ils avaient prémédité ma venue depuis quelques mois, mais il fallait absolument qu'ils soient marié, vous savez, pour les bonnes manières. Ils étaient heureux de devenir parents, mais bien évidement leur sens du mot “ parents ” n'est pas totalement identique au sens que ce mot prend pour la plus part des familles de notre époque. Dès mon arrivé au manoir, c'est Triny une nourrice qui s'occupait de moi. C'est elle qui me donnait le biberon, et qui jouait avec moi. C'est elle aussi qui s'occupait du reste de la maison, le ménage, le linge. C'était trop dégradant certainement, que de changer une couche ou de faire rire un bébé. Seulement, c'était leur éducation qui faisaient d'eux ce qu'ils étaient. Et qui ont fait de moi ce que je suis. Alors, mes premières années, mes premiers rires, mes premiers pats, je dois tout cela à Triny. C'était une femme extra - ordinaire, elle était jeune, elle devait avoir seize ans de plus que moi, et était Mexicaine, elle était partie de chez elle direction l'Irlande et mes parents lui avaient promis toit et repas chaud si elle devenait leur femme de maison, elle a sauté sur l'occasion, et toujours elle restera une figure maternelle pour moi. Le jour de ma naissance, ma mère était assise dans le salon, lisant un grand ouvrage lorsqu'elle eu ses toutes premières contractions, très vite elle demanda de l'aide à Triny, et c'est elle qui l'emmena à l'hôpital. Monsieur Silver travaillait, et ne voulait pas être présent à l'accouchement, alors hors de question de le prévenir. Quelques heures plus tard, elle avait accouché. J'étais resté à la pouponnière, en compagnie de ma nourrice, ma mère elle ne voulait se reposer. La première fois que j'ai vue mon père c'était donc trois jours plus tard, quand j'ai fais mon entrée au manoir.
A l'école, je fus obligé d'être confronté au vingt et unième siècle. Très vite, les autres se montraient distant avec moi. Pourtant, nous portions tous le même uniforme, et je vivais selon les règles de mes parents. Visiblement, ce n'était pas pour plaire aux autres. Ils me trouvaient tous trop guindé, trop distingué. Mais, comment je pouvais être autrement ? Toute ma plus tendre enfance, j'ai entendu “ ne mets pas tes coudes sur la table ” “ ne mange pas la bouche ouvert ” “ ne ris pas bêtement ” “ tiens - toi droit ” chaque jours. Alors comment je pouvais être comme tous les autres ? Très vite, je suis resté qu'avec les gens qui m'acceptaient tel que j'étais. Je faisais tout pour que mes parents soient fières de moi, qu'il en ai quelque chose à faire de mon existence. Je ne ramené que d'excellentes notes, je me conduisait de manière irréprochable, j'étais irréprochable, seulement, rien, il ne me voyait pas. Je savais qu'ils m'aimaient, ce n'est pas ça le problème, seulement ils ne le montraient jamais, certainement parce que pour eux c'était être faible que d'aimer ses enfants. Chaque jours je donnait le meilleur de moi - même, chaque jours j'étais plus invisible que la veille. Mais je persistais, parce qu'il fallait bien se comporter, parce que c'était ainsi. Quand j'en avais marre d'être quelqu'un de respectable, je partais dans les vallées qui entouraient le manoir. Je partais, avec un crayon, et un carnet, puis j'écrivais. Non - loin de la maison, il y avait un cour d'eau, j'aimais m'y arrêter, pour écrire. J'étais pas triste, non au contraire, je me plaisais dans ma vie, j'avais des amis, et j'écrivais et dans le font je savais que je faisais plaisir à mes parents. Les autres ne comprenaient pas, mais c'était pas très grave.
Finalement, mes efforts pour rendre mes parents heureux ne furent pas totalement vain. Le jour de mes dix ans, ma mère m'appela dans le salon, elle et mon père s'y trouvait, ils avaient leur air solennel comme toujours, mais ma mère avait l'air un peu plus heureuse que d'habitude. Ils me dirent de m'asseoir sur le canapé. « Artemis, ta mère et moi trouvons que nous sommes un peu trop distant avec toi, et nous trouvons aussi que nous ne t'accordons pas assez de temps. Alors nous avons décidé que Triny ne sera plus là pour s'occuper de toi, et que nous seul subviendrons à tes besoins. » mon père dans toutes sa splendeur, ses longs discours pour une si petite chose. Un sourire se dessina sur mes lèvres, ma mère se leva les larmes aux yeux et elle me pris dans ses bras. Depuis ce jour, on devint une famille, un peu plus normal. Je faisais aussi des efforts pour être un peu moins “ guidé ” aux yeux des autres. Tout allé pour le mieux, j'aimais cette vie, j'étais bien. Quant aux filles, je ne m'y intéressais pas plus que ça.
J'avais quatorze ans quand ma mère nous annonça, à mon père et moi, qu'elle était enceinte. Très vite j'ai appris que c'était une fille. Je prenais grand plaisir à aider ma mère pour la chambre de Siobhàn. oui, ils avaient décidé que ça sera son prénom. typiquement Irlandais. Je m'imaginais déjà grand frère, j'avais vraiment hâte de lui apprendre des choses, de lui faire découvrir la vie. Mes parents semblaient ravis d'être pour la seconde fois parents, et plus les jours passaient plus je me sentais proche d'eux. Un soir de décembre, j'étais devant ma fenêtre. Il neigeait, tout était blanc, et je guettais le chemin en face du manoir, aujourd'hui mes parents revenaient avec Siobhàn, elle avait deux jours, et je ne l'avais pas encore vue parce que j'étais en cours dans mon internat. Quant enfin, à travers les flocons blanc se dessina la voiture de mon père, je me précipitait vers l'immense porte d'entrée, dévalant les escaliers en toute hâte, manquant même de tomber comme d'habitude dans ses fichus escaliers, puis j'ouvris l'immense pour, pour voir apparaître mes parents, et ma petite soeur. On resta autour d'elle toute la soirée, puis très vite vint le moment d'aller dormir, mes parents avaient beau être plus indulgent il ne fallait tout de même pas passer outres les bonnes manières. Le lendemain matin, alors que l'aube se levait à peine, je poussais la porte de ma chambre, traversait le couloir pour enfin arriver dans la petite chambre de Siobhàn. Elle pleurait très faiblement, et quand elle vit mon visage, elle se calma très vite. Je lui souris, elle était très belle et toute petite. Je la pris dans mes bras, puis m'assis sur la chaise prêt de son lit, puis la regardait. Pendant peut - être une heure, je j'admirais. Elle était si paisible. Je voulais faire de grande choses pour elles, lui apprendre des tas de choses de la vie, lui faire découvrir les paysages du connemara, lui apprendre à jouer au football gaélique. Je l'adorais déjà, t je lui avait répété que je serais toujours là pour la surveiller, et surtout pour la protéger. Je me levais doucement, puis je sortis de sa chambre, l'ayant toujours dans mes bras. Je commençais à descendre les escaliers, jusqu'au moment où, sur la même marche qu'à chaque fois, je trébuchet, seulement cette fois - si, je tombais, lachant ma petite soeur je me rétamais lamentablement sur les marches suivante. Après ma chute, et encore un peu sonné, je regardais si je n'avais pas eu trop mal, puis me relevait difficilement, avant de voir ma petite soeur, sans vie, sur le sol du grand hall. Je dévalais les escaliers pour la rejoindre, puis la pris dans mes bras, avant de voir que sa tête était ouverte, elle saignait beaucoup, et ne respirait plus. « NAAAAAAN » hurlais - je, la serrant contre moi. J'étais assis sur la dernière marche, recroquevillé sur moi, ma petite soeur, morte, contre mon coeur. Je pleurais, je pleurais encore et encore. Quand ma mère accouru suite à mon hurlement qui avait raisonné dans tout le manoir, elle resta figé, blême par le spectacle. Une main devant sa bouche, le regard effaré, elle n'était capable de bougé. Alors, c'est mon père qui vint. Fronçant les sourcils, il vit la tache de sang sur le sol, et me regarda, avec le bébé dans les bras, il s'approcha, et me repris Sio' des bras « mais elle est.. » je ne le laissais pas finir sa phrase, me levant précipitamment, je courus jusqu'à ma chambre pour m'y enfermer. J'entendis les ambulances, les policiers, les gens, les pleures. J'étais adossés à ma porte de chambre, je fixais la fenêtre en face de moi, et je pleurais. J'avais tué ma petite soeur. J'étais un meurtrier, j'avais tué un bébé. Je n'avais pas bougé de ma chambre, et en fin d'après midi, quelqu'un frappa à ma porte. « Artemis, c'est.. C'est Calypso.. » Calypso était ma cousine, elle avait mon âge. Avec elle, je partage tout depuis toujours, elle est comme une soeur pour moi. Elle est surtout beaucoup moins coincé que moi. Elle m'emmenait à des fêtes, et à des endroits sympa. Mais là, j'avais vraiment pas envie de la voir. « Calypso vas - t - en, je t'en supplie. Je veux parler à personne.. » Je l'entendis soupirer, puis elle s'assis elle aussi contre la porte, de l'autre côté. « Je resterais là Artemis. Je bougerais pas. Dis - moi ce qu'il s'est passé.. » « Je...C'était un accident.. Je voulais l'emmener en bas, elle était dans mes bras... J'ai trébuchet sur cette foutu marche et.. et je suis tombé et... et.. » je n'eus pas la force d'en dire plus. la voix de ma mère se fit entendre derrière la porte. « Mon chéri... je sais que c'est un accident... on ne t'en veux pas... mais... Artemis sors de ta chambre... tu peux pas rester là... » si je le pouvais. l'entendre pleurer, c'était intenable. J'avais tué ma petite soeur, elle était obligé de me détester. Je restais encore plusieurs heures derrière ma porte, ma mère parti très vite, Calypso elle, était toujours là. Je l'écoutais patiemment, et je finis par sortir difficilement de ma chambre.
S'en suivit des jours très très sombre. J'étais vide. traumatisé. Chaque fois que je croisais le regard de mes parents, c'était comme si je tuais ma soeur à nouveau. Ils me répétaient que c'était qu'un accident et qu'il ne m'en voulait pas, mais ils étaient anéantis, et ils avaient mal. J'en pouvais plus, c'était lourd, noir, c'était.. j'en pouvais plus. A chaque fois que je fermais les yeux, je voyais le corps inerte de ma soeur, je voyais le regard vide de ma mère. C'était tuant, comme un poignard en plein coeur, à chaque fois. J'étais seul dans ma chambre se jour là, je jouais avec un couteau suisse. J'en avais tellement marre d'avoir mal, de faire mal à tout le monde. J'étais à bout, je n'arrivait même plus à me regarder dans un miroir, j'avais mal. Alors, pendant un instant, mourir me paru la solution à tout. Je m'ouvris les veines. Ma mère, venu ici pour me donner mon linge, me trouva inconscient, dans ma chambre. La mort, c'était paisible, c'était bon.
Je me réveillais trois jours plus tard. J'avais mal partout, et mes poignets me brûlaient. Je vis ma mère, elle pleurait. Je tournais très légèrement ma tête vers elle, la voyant, vaguement floue. « Maman... » dis - je, faible. Elle se leva et me pris doucement dans ses bras; pour ne pas me faire mal. « Artemis, pourquoi ? Pourquoi tu nous a fait ça ? On a déjà perdu un enfant, je ne peux pas te perdre, ça serait trop difficile... » une larme perla sur mon visage. « Je suis désolé, maman... » on m'expliqua qu'a quelques secondes prêt, j'étais mort. Alors c'est ça, ressentir des sentiments, ça mène à ça ? Alors, plus jamais je ne ressentirais quoi que se soir, pour qui que se soit, pour quoi que se soit. Je fis part à mes parents de mon envie de prendre un nouveau départ, autre part. Alors, je trouvais des informations pour plusieurs endroits, aux états - unis, puis un, en Australie. New Road. Je voulais aller là bas. Je voulais tout recommencer, oublier, vivre. Ca m'avait tué à petit feu pendant un an, je ne voulais pas que ça continue. Il fallait que ça s'arrête. Alors, j'ai fais mes valises, et sous les pleurs de ma mère, je pris la route, pour l'Australie. Arrivé en Australie, je m'en tenais à ce que j'avais dis : pas de sentiments. Seulement, les gens d'Irlande comprenait ma différence, par rapport à ma classe sociale. Ici, c'était plus compliqué, on me traitais de coincé, de cul - serré. Pourtant, je faisais tous les efforts du monde pour être comme eux. Mais je passais au dessus de toute ça, j'étais vide de tout sentiments, alors je les laissé parler. Je continuais à écrire, j'écrivais des poèmes, souvent sur Siobhàn. Je me sentais mieux, un peu. Pour seul souvenirs de cette année atroce que j'avais vécue en Irlande, des cicatrices sur mes poignets. Quand je les regardais, je me rappelais qu'aimer, que culpabiliser, c'était être faible. Je m'enfermais dans une carapace qui m'empêchait d'aller vers les autres. Seulement ses derniers jours je me rendais compte que me tenir à cette restriction de sentiments c'était difficile, même très difficile, parce que maintenant, il y avait cette fille... Je ne savais pas ce que je ressentais, mais une chose était certaine, elle venait de me prouver que j'étais encore capable d'avoir des sentiments. Et ça me faisait peur. Je ne savais pas comment réagir, je ne savais même pas quels sentiments exactement je ressentais, au début je la détestait mais aujourd'hui, c'est différent...


« This is me »

Brisé. Voilà le principale trait de caractère d'Artemis. Avant la mort accidentelle de sa petite soeur, il était gentil, et généreux. Il aimait être seul mais trouvait aussi son compte en étant avec ses amis. C'est un garçon intelligent, encore maintenant seulement son caractère tendre est gentil s'est effacé. A présent, il est arrogant, et manipulateur. Il se dit incapable de ressentir quoi que se soit maintenant, il s'est renfermé dans sa carapace. Pourtant, quelque part, au fond de lui, il reste encore cette part de bon, il est toujours le même, sauf qu'il se cache derrière ses airs arrogants, c'est sa façon de se protéger, mais il sait très bien qu'une personne est capable de le faire changer, de percer cette carapace, mais il est déterminé, et ne veux pas que cette carapace soit percé, parce que grace a elle, il va mieux depuis un ans. Aussi, il a gardé son caractère distingué, hérité de ses parents, ce qui lui vaux quelque moqueries, mais il passe au dessus de tout ça.


« In real life »

Pseudo : little m.
Age : quinze ans
Avatar : logan lerman
Code règlement : OK BY LARA
Avis sur le forum : il est magnifique han
Un dernier mot ? : je suis un jambon (a)




Dernière édition par N. Artemis Silver le Lun 17 Oct - 5:09, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie Rose E. Williams
i walked for miles ‘til I found you ◮ callie rose
avatar

◮ messages : 182
◮ date d'inscription : 27/03/2011

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 1:54

brille brille ACIDEEN D'AMOUR I love you ARTEMIS I love you

Bienvenue ici mon rayon de soleil :P brille
Merci encore d'avoir pris ce personnage et bonne chance pour ta fiche :hug:

_________________
hope it gives you hell
« I wake up every evening, with a big smile on my face. And it never feels out of place. I wonder how bad that tastes. When you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell ! When you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell ! And truth be told I miss you... And truth be told I'm lying... When you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell ! When you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Artemis Silver

avatar

◮ messages : 35
◮ date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 1:57

LUCAAS CALLIE ROSE :calinou:
Merci mon coeur han
De rien ça me fait super plaisir et j'ai pas pu résister :ballon:
Merci et j'ai super hate de rp avec toi canard


Dernière édition par N. Artemis Silver le Lun 17 Oct - 2:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie Rose E. Williams
i walked for miles ‘til I found you ◮ callie rose
avatar

◮ messages : 182
◮ date d'inscription : 27/03/2011

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 2:01

Oh oui les RPs han <-- zut y a pas ce smiley x) Va falloir que je le rajoute (a)
Ça va être génial brille

_________________
hope it gives you hell
« I wake up every evening, with a big smile on my face. And it never feels out of place. I wonder how bad that tastes. When you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell ! When you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell ! And truth be told I miss you... And truth be told I'm lying... When you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell ! When you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Artemis Silver

avatar

◮ messages : 35
◮ date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 2:09

Ca va être même pire que ça han :surexcited:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Artemis Silver

avatar

◮ messages : 35
◮ date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:10

je crois - bien que j'ai finis :surexcited:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara M. Johnson
fondatrice tyrannique
avatar

◮ messages : 1366
◮ date d'inscription : 24/12/2010

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:15

C'est... C'est... :tombe: Parfait han han
J'adore comme d'habitude brille
Je te valide avec un immense et j'ai vraiment hâte de RP :hug:

Je parle en mode Callie Rose bien sûr :P

_________________

❝ Moi ? Je suis malhonnête. Et on sait qu'un homme malhonnête le restera quoi qu'il arrive. Honnêtement, ce sont des hommes honnêtes dont il faut se méfier. Parce qu'on peut jamais prévoir... à quel moment ils feront un truc incroyablement... stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-road.1fr1.net
N. Artemis Silver

avatar

◮ messages : 35
◮ date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:22

merci tout plein han je suis contente que ça te plaise :langue:
Moi aussi j'ai hâte de rp avec toii :calinou:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikayla S. James

avatar

◮ localisation : Sydney - Australia
◮ messages : 842
◮ date d'inscription : 06/02/2011
◮ date de naissance : 18/11/1993

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:23

Bienvenuuueee

_________________
image
Mikayla James
❝Does it look like I do dishes ? ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Artemis Silver

avatar

◮ messages : 35
◮ date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:24

CANDICE brille Merci ! :saute:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikayla S. James

avatar

◮ localisation : Sydney - Australia
◮ messages : 842
◮ date d'inscription : 06/02/2011
◮ date de naissance : 18/11/1993

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:25

Ahah oui Candice ! :bave: et de rien Wink

_________________
image
Mikayla James
❝Does it look like I do dishes ? ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden E. Ryder
EDEN You and me could write a bad romance
avatar

◮ localisation : Sydney
◮ messages : 254
◮ date d'inscription : 03/08/2011
◮ date de naissance : 25/08/1994

ϟ I JUST WANT TO KNOW YOU
◮ about your relationships :

MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   Lun 17 Oct - 5:37

Bienvenuuuuuue !! :D (de Scarlett aussi ;P )

_________________
image
❝ Vous avez détruit,
Maintenant réparez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.   

Revenir en haut Aller en bas
 
ARTEMIS ϟ je suis pas un, je suis plusieurs. Je suis un vrai bordel.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Je ne suis pas Flemmard. Je ne suis pas Désaxée. Je ne suis pas Aveugle. [Pv : liliT, Sei]
» Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan.
» j'suis pas quelqu'un de bien, j'suis pas une belle personne. (caleb)
» Aurélie ► I walked across an empty land, I knew the path like the back of my hand...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW ROAD :: PARCE QUE TOUT A UN COMMENCEMENT... :: Présentations :: Présentations terminées-
Sauter vers: